Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

20e anniversaire du Montcalm

Course hors stade. Aujourd'hui à Auzat.

Qui se présentera en vainqueur sur la ligne d'arrivée d'Auzat? Photo DDM, Archives.
Qui se présentera en vainqueur sur la ligne d'arrivée d'Auzat? Photo DDM, Archives.
Qui se présentera en vainqueur sur la ligne d'arrivée d'Auzat? Photo DDM, Archives.

Le grand jour est arrivé. Le Montcalm fête ses 20 ans. Voici le programme des courses prévues aujourd'hui à Auzat.

Marathon du Montcalm (42,5 km ; 2 580 m de dénivelé positif). Passage par le Pic du Montcalm (3 077 m) et la pique d'Estats (3 145 m). 5 h 45-6 h 30 : réception des coureurs et retraits des dossards au gymnase d'Auzat. 06 h 30 : briefing obligatoire. 7 heures : départ d'Auzat. 11 h 15: arrivée du premier sur la place du village.

Trail des villages (16 km ; 563 m de dénivelé positif). Cross de montagne reliant les villages de la vallée. 7 h 30-8 h 30 : réception des coureurs et retraits des dossards au gymnase d'Auzat. 8 h 30 : briefing obligatoire. 9 heures : départ d'Auzat. 10 heures : arrivée du premier concurrent. Randonnée par les pics (22 km). Parcours avec les ascensions du Montcalm et de la pîsque d'Estats. Sans classement. 5 heures : remise des dossards au gymnase d'Auzat. 5 h 15 : départ vers l'Artigue en minibus. Retour de l'Artigue vers Auzat également en minibus. 6 heures : départ du parking de l'Artigue. Prévoir une frontale.

Course enfants (à partir de 6 ans). Circuit d'environ 1 km au cœur du village d'Auzat. Distances selon les catégories. Inscriptions dès aujourd'hui. 13h45 : briefing. 14 heures : départ.

Les trois 3 000 (46 km ; 2 900 m de dénivelé positif). De 5 heures à 6 heures : réception des coureurs et remise des dossards. 6 heures : briefing obligatoire. 6 h 30 : départ d'Auzat. 11 h 45 : arrivée du premier concurrent.






Montcalm : un cavalier seul somptueux de Michel Rabat

Course hors stade. Sa vingtième édition, par trois sommets à 3000m, a eu lieu hier matin à Auzat.

Les montagnes ariégeoises fidèles à leur réputation: superbes et difficiles. DDM, Florent Raoul.
Les montagnes ariégeoises fidèles à leur réputation: superbes et difficiles. DDM, Florent Raoul.
Les montagnes ariégeoises fidèles à leur réputation: superbes et difficiles. DDM, Florent Raoul.

Patrick Anné, le moustachu le plus célèbre d'Ariège, en a presque perdu sa voix au micro. Dans la plaquette de présentation de ce 20e anniversaire du Montcalm, il avait fait un vœu : « Mon plus grand souhait serait d'embrasser Michel Rabat en vainqueur au Montcalm. » Quand il écrivait ces lignes, son ami n'était pas inscrit sur la liste des participants. Hier, Michel Rabat a réussi un numéro époustouflant. Premier Montcalm, première victoire. En un peu plus de cinq heures d'effort, il a avalé les 46 kilomètres d'un parcours très difficile par le Montcalm (3 077 m), le Pic d'Estats (3 143 m) et le Sulho (3 072 m) avec classe. Cette 20e édition restera dans l'histoire.

6 heures du matin hier. La nuit s'étire. Dans le gymnase d'Auzat, Bernard Piquemal donne ses dernières consignes. « Faites attention, c'est un peu humide entre 1 700 et 2 000 m. Mais ça va, il n'a pas plu, en haut, le caillou est sec. » Le Montcalm, toit de l'Ariège, est prêt à accueillir les concurrents. Sur la ligne de départ, à la frontale, ils sont 203 à se lancer à l'assaut ces « trois 3 000. » Une demi-heure plus tard, le traditionnel Marathon du Montcalma attiré 80 amateurs. Pas mal. C'est parti pour une journée un peu hors du temps. Patrick Anné le répète à l'envie, « le Montcalm, c'est la montagne avec un grand M. » La lutte s'engage. Au fil des kilomètres, les secondes se transforment en minutes. Dans la montée du Pinet, Michel Rabat commence à faire la différence. « En fait, j'avais très peu du retour, explique-t-il sur la ligne d'arrivée. Au début, j'ai laissé faire. Je ne suis passé devant qu'au bout d'1 h 10 de course. Après, j'ai forcé pour prendre le plus d'avance possible pour avoir le plus de sécurité possible. Ça a marché. » Il passe au sommet du Montcalm en 2 h 36 avec cinq minutes d'avance sur son second. Dix minutes de mieux que le premier du Marathon. Stéfanie Gimenez, la meilleure féminine, passe dans les quinze premiers. Elle aussi réussira une grande course. Une cadence infernale. Au Pic d'Estats, avalé en 2 h 47, Eric Lafitte est déjà à huit minutes. Et si ce dernier a peut-être un peu présumé de ses forces, Michel Rabat poursuit. Au sommet de Sulho (3 h 10), l'Italien Fulvio Dapit pointe ses baskets… à onze minutes du leader. Place à la descente. Le leader gère et vient couper la ligne heureux comme un gamin devant un public de connaisseurs enthousiastes. « C'était franchement très, très difficile. L'enfer et le paradis en même temps. C'est énorme. Je gagne dix ans après mon entraîneur (NDLR : Estève Canal Faress), c'est génial. C'est une belle récompense. » Déjà vainqueur du Trail des Citadelles cette année, Michel Rabat réussit un fameux doublé. Auteur d'une superbe fin de course, l'Andalou Javier Rodriguez Bodas prend la seconde place à un peu moins de treize minutes de son « bourreau. » Il n'en perdait pas son sourire : « La course était magnifique, ça m'a beaucoup plu. Et félicitations aux bénévoles. L'ambiance était super. » Fulvio Dapit (9e des derniers championnats d'Europe de course en montagne) complète le podium. Les trois lauréats 2 009 participaient pour la première fois au Montcalm. C'est presque dommage que les « trois 3 000 » ne soient pas reconduits l'an prochain. Mais c'est peut-être mieux comme ça. Ce 20e anniversaire ne s'oubliera pas de sitôt.

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Fou d'3000
  • Fou d'3000
  • : Ce blog est destiné à la randonnée, l'alpinisme, l'Ariège, la montagne, les bivouacs. Vous y trouverez des articles relatant de mes périples en haute Ariège et hautes Pyrénées.
  • Contact